Bland G.

2018.018

>> voir le projet intégral sous forme numérique

Bland Guillaume

« Lachesis Maladieris ». Un madrépore lausannois.

Groupe de suivi
Bakker Marco (dir. pédagogique) ; Braghieri Nicola (prof.) ; Kössler Sibylle (maître EPFL) ; Mestelan Patrick (expert)

L’espace tout à coup m’irrite. L’interrogation logée au fond de
nous a-t-elle vraiment besoin de cet organisateur des supplices
et des fêtes ?

Nous ne demandions qu’une minute serrée comme un point, le métal
le plus rare, une gorgée d’eau, — car nous avons la fièvre à
force de nous épuiser dans ces défilés qui n’apportent jamais de
surprise ! Toute l’étendue ne vaut pas un cri.

Nous savons la leçon d’avance. Assez de pas, assez de gestes,
assez de chutes, assez de détours ! La vague et le grain de sa-
ble voudraient-ils donc venir à bout de tout par répétition ?

La monotonie du nombre sans fin nous berce et nous perd. C’est
elle qui fait que le soir nous sommes las et que le délire nous
endort…

Je me réveille. J’avais menti. Il n’y a pas de Ressemblance.
Chaque instant, chaque point de l’étendue est nouveau. C’est ma
question qui est la même, et mon regard, et ma douleur.

Derrière ce masque d’homme qui ne sait que rire ou pleurer, la
réalité monstrueuse hurle de joie. Son énorme tempête soulève
et fait craquer les temples que nous avions fixés sur sa face
comme une ridicule muselière.

Les flots emportent des débris de colonnes. Des fleurs dans
l’abîme descendent avec grâce, avec lenteur.

En attendant de me mêler à cette chose sans nom, je l’appelle
encore l’Espace.

Le mot rafraîchit ma pensée, — et je marche.

Débat sur un mot
Jean TARDIEU, Le démon de l’irréalité, Neuchâtel et Paris : Ed. Ides et Calendes, 1946.