Gutzwiller C.

2016.044

>> voir le projet intégral sous forme numérique

Gutzwiller Caroline

L’auberge de jeunesse comme élément déclencheur de nouvelles synergies. Un projet pour Neuchâtel.

Groupe de suivi
Fröhlich Martin (dir. pédagogique) ; Pattaroni Luca (prof.) ; Borges Tiago (maître EPFL) ; Häfeli Hans-Urs (expert)

 

L’auberge de jeunesse, par la forme d’habitat temporaire et particulier qu’elle propose, permet d’aborder différents thèmes liés à la mobilité et au voyage, tout comme à la cohabitation et au vivre ensemble. Mais c’est avant tout l’espoir de rencontre et de partage, propres à ce type d’hébergement qui restent le moteur du projet. La problématique est d’interpréter les besoins des divers utilisateurs afin de concevoir une nouvelle auberge de jeunesse répondant à l’évolution des attentes, des modes de voyage et des modes de vie. L’enjeu est de trouver un rapport juste entre l’usage et la forme pour établir une nouvelle proposition de refuge contemporain pour voyageurs cosmopolites. La recherche théorique a permis de relever le rôle que peut jouer une telle infrastructure dans l’articulation entre l’individu et la collectivité, ainsi qu’entre le bâtiment et la ville. En proposant des programmes ouverts à un public externe, l’auberge de jeunesse permet de générer de nouvelles synergies et, par un phénomène d’agglutination, de devenir un nouveau pôle d’activités. Le projet propose une réaffectation du dépôt des tramways de Léo Châtelain (1903), à la baie de l’Évole. Il traite la problématique de la transformation de bâtiments industriels devenus obsolètes dans leur fonction première, ainsi que la question de leur place dans le développement des villes. L’intervention permet de prolonger la vie de l’édifice tout en devenant un élément déclencheur d’une nouvelle dynamique urbaine.